vivavoce.fr
Sante et Beaute

Top 10 des choses à savoir sur la cigarette électronique

Rate this post

Les fumeurs qui veulent passer du tabac à la cigarette électronique et les vapoteurs débutants se posent tout de même des questions sur ce gadget. Certains médias l’ont diabolisé et il y a des associations qui ne le présentent que leurs côtés négatifs. On peut entendre tout et n’importe quoi. Si vous avez des doutes ou si vous voulez en savoir plus sur la cigarette électronique, ce dossier est fait pour vous.

La cigarette électronique ne présente pas d’importants risques de santé que le tabac

On laisse souvent entendre que les effets de la cigarette électronique sont les mêmes qu’avec la cigarette classique, ce qui est tout à fait faux. Ce dispositif électronique ne contient pas de tabac, ce qui fait qu’il ne produit pas de monoxyde de carbone. Les poumons du vapoteur n’ont pas grand-chose à craindre, car ils inhalent de la vapeur et non de la fumée. C’est pour cette raison qu’on ne définit pas l’utilisation de la cigarette électronique par « fumer », mais par « vapoter ».

Tous les e-liquides sont les mêmes

Détrompez-vous, si on se réfère à la composition de ces liquides qu’on doit mettre dans le réservoir de la cigarette électronique, on peut affirmer qu’ils sont différents. Ce produit est composé principalement de propylène glycol et de glycérine végétal. Dans la liste des composants de certains liquides, vous pourrez trouver de l’eau, de l’alcool et des arômes alimentaires qui peuvent être naturels ou non.

Des e-liquides avec et sans de la nicotine

Il y a des e-liquides qui contiennent de la nicotine. En effet, ce taux peut aller de zéro à 20 mg par millilitre de liquide. Dans tous les cas, il faudra bien choisir son e-liquide et il est préférable de se tourner vers ceux ne comprenant pas de la nicotine. Pour un sevrage tabagique, commencez par du e-liquide avec un taux de nicotine élevé et baissez ce dosage au fur et à mesure.

La législation dans le secteur de la fabrication et de la vente des produits de vapotage

Si ce produit est encore sur le marché, c’est que l’Administration l’accepte. En 2015, l’AFNOR sort des normes facultatives pour le marché de la cigarette électronique. Elles sont par la suite renforcées par celles de la DPT ou la Directive sur les Produits du Tabac. L’Union Européenne ne manque pas non plus de sortir quelques réglementations. Le secteur de la fabrication et de la vente des produits de vapotage est bien soumis à des règles, mais certaines décisions restent floues et semblent ne pas être en cohérence avec la santé publique.

Il faut entretenir sa cigarette électronique

La cigarette électronique n’est pas à usage unique. Il demande de l’entretien pour pouvoir accompagner son utilisateur le plus longtemps possible. Dans ce processus de maintenance, la résistance est la pièce qui demande à être remplacé régulièrement, notamment lorsque vous changez de e-liquide. Pour remplacer cette résistance, il n’y a rien de si compliqué.

Les vapoteurs dépensent moins que les fumeurs classiques

Un grand fumeur peut consommer jusqu’à un paquet par jour. Si vous faites le calcul, il peut dépenser jusqu’à 2500 € par an.  Pour un vapoteur, l’achat de la cigarette électronique doit être considéré comme un investissement. Sur le marché, le prix de ce gadget est très variable. Les plus simples peuvent coûter moins de 50 €. Par la suite, les seules dépenses du vapoteur seront les e-liquides, qu’il devrait acheter au moins une fois par mois. Ce liquide coûte entre cinq et six euros. Sur le marché, les résistances sont vendues en lots, ce qui vous fera encore plus économiser. Le prix unitaire de cette pièce va de deux à dix euros selon le type. Faites le calcul vous-même : vous serez peut-être convaincu de passer à la cigarette électronique et offrez-vous un modèle de dernière génération.

La législation sur le vapotage

Comme pour la cigarette classique, il est interdit de vapoter dans les établissements scolaires, sur le lieu de travail en open space et dans les transports publics. Dans certains restaurants, vous pouvez tomber sur des affichages interdisant de vapoter. Sinon, dans les autres lieux, vous pourrez utiliser tranquillement votre cigarette électronique. Ceci ne devrait pas spécialement déranger votre entourage, car il n’y a pas de fumée, ni d’odeur désagréable.

La cigarette électronique : pas de vapotage passif

Il est à rappeler que la cigarette électronique ne contient pas et ne fait pas de produits fortement toxiques. On ne peut même pas vraiment le comparer avec le tabac qui contient plus de 4 800 produits nocifs dont entre autres la naphtylamine, l’arsenic, le chlorure de vinyle, le benzopyrène, le dibenzacridine, le phénol, l’uréthane, l’ammoniac et les goudrons.

La cigarette électronique est 95% moins nocive que le tabac

Ce n’est plus des proles en l’air : des études scientifiques ont bien prouvé que la cigarette électronique est 95% moins nocive que le tabac. Il faut tout de même comprendre que ce petit gadget n’est pas à 100% inoffensive. L’idéal est de ne pas fumer et de ne pas vapoter, mais la cigarette électronique fonctionne très bien pour un sevrage tabagique.

La cigarette électronique est interdite aux mineurs

La législation est bien claire sur ce point : il est interdit de vendre ou d’offrir gratuitement, que ce soit en ligne ou dans les magasins physiques, aux mineurs moins de 18 ans, des dispositifs électroniques de vapotage ou des flacons de recharge qui leur sont associés. Lors de l’achat d’une cigarette électronique, on vous demandera de présenter une preuve de votre majorité. Cette disposition a été mise en place pour éviter la transition vers le tabac.

 

Related posts

Qu’elle nécessité pour la thérapie des couples ?

Laurent

Tourisme dentaire : tour d’horizon sur la Hongrie

sophie

Comment développer votre personnalité ?

sylvin